1952 : André Nocquet débute en aïkido

André Nocquet commença l’aïkido en 1952 sous la direction de Maître Tadashi Abe. Il avait auparavant appris le judo avec Maître Kawashi. Dix septième ceinture noire de France, il était en 1952, quatrième dan de judo. Il développait cet art dans le sud-ouest où il forma 200 ceintures noires. En 1955, à l’initiative de Maître Tadashi Abe, et muni d’une lettre de recommandation de George Duhamel, de l’Académie Française, il s’embarqua pour le Japon, invité à résider dans la propre famille de O’Sensei. Maître Nocquet n’avait pas les moyens de se payer le voyage en avion. Il fit donc le trajet par mer, en 3ème classe, dormant sur le pont du bateau. Après un voyage de plusieurs mois il arriva au Japon le 12 juin 1952. Pendant deux ans et demi il pratiqua de manière intensive et quotidienne, en tant que ushi-deshi, sous la direction de O’Senseï. Il revint en France avec un titre de Maître d’aïkido. Et il reçut de Maître Ueshiba, le 16 avril 1962 un document officiel qui lui sera transmis par l’ambassade du Japon en France le nommant « Représentant Général de l’Aïkikaï pour la France ». Maître Nocquet m’a remis une copie de ce document que je garde soigneusement. Dès son retour, Maître Nocquet se mit à l’œuvre pour développer l’aïkido en France et même en Europe, puisqu’il créera en 1969 l’Union Européenne d’Aïkido qui regroupera jusqu’à 10 nations.

D’autres Maîtres viendront ensuite du Japon : Maître Noro en 1961, fondateur du Kinomichi, ainsi que Maître Masahilo Nakazono. Puis en 1964 arriva Maître Nobuyoshi Tamura. Tous ces Maîtres contribueront au développement de l’aïkido en France. Maître Nocquet nous parlait régulièrement de Maître Tamura, puisqu’ils avaient été partenaires à l’Aïkikaï. Il nous disait même : « quand je ne serai plus là, travaillez avec Maître Tamura. »