Les stages (1)

Il y a un clivage très net entre deux genres de pratiquants d’aïkido. Il y a ceux qui se contentent de suivre l’enseignement qui est donné au sein de leur club, sans jamais s’ouvrir vers l’extérieur en participant à des stages, que ce soient des stages sur un week-end ou des stages d’une semaine, qui ont lieu en général en été. Et puis il y a les autres. Attention, il n’est pas question ici de porter un jugement ou d’incriminer ceux qui ne vont pas en stage. Chacun gère sa vie, chacun fait ses choix, et chacun a ses impératifs qui ne regardent que lui. En aïkido, un professeur n’est pas là pour juger, mais seulement pour donner. Ce qui en soit est du bonheur pur. Parfois des élèves tiennent le raisonnement suivant : « Mon professeur est excellent et me donne tout ce dont j’ai besoin, pourquoi aller en stage ? ». On peut objecter à ces personnes que s’ils ne connaissent que leur professeur, ils n’ont pas de comparaison possible, donc il leur est difficile de savoir si leur professeur est réellement excellent… Quoi qu’il en soit, si vous aimez tant votre professeur, allez au moins aux stages qu’il donne hors de son club. D’abord parce qu’il enseigne rarement au club comme en stage, et cela vous permettra de découvrir une autre facette de votre professeur tant aimé. Mais surtout la participation à des stages, quelque soit la personne qui le dirige, vous permet de rencontrer d’autres aïkidokas, de confronter des expériences, de partager du vécu, et aussi de vous faire des amis.

Nous avions sur ce plan une chance immense avec Maître Nocquet. Dans ses stages, nous retrouvions des pratiquants de toute l’Europe. Chaque année nous nous retrouvions pour les stages d’été, que ce soit à la Baule dans les premiers temps, ou à Gujan Mestras par la suite, ou enfin à Blois les dernières années. En ces occasions il nous était permis de vivre ce dont le Maître nous parlait au dojo, à savoir le fait que l’aïkido est un formidable vecteur pour développer l’amitié entre les peuples, et contribuer ainsi à l’établissement de la paix dans le monde. Grâce à ces stages j’ai la chance d’avoir des amis un peu partout en Europe, Cela vous donne le sentiment d’être « relié », de n’être pas isolé. C’est une formidable bouffée d’oxygène dans un monde où il est parfois difficile de respirer.