Paroles de Maître Nocquet

Je voudrais partager avec vous quelques paroles prononcées par le Maître lors des cours qu’il donnait dans son dojo de Boulogne Billancourt les jeudi et samedi :

1/ Maitre Ueshiba portait sur le revers de son kimono une fleur de cerisier : la fleur de cerisier ne se fane pas quand elle tombe …

2/ Iriminage : envelopper le partenaire dans son cœur.

3/ Ikkyo le feu, Iriminage l’eau.

4/ Ude garami : le lierre qui s’enroule autour de l’arbre.

5/ Dans l’apprentissage de l’aïkido, il faut commencer par les techniques de bois.

6/ Si vous tenez votre crayon trop fort vous ne pouvez pas bien dessiner.

7/ À la fin d’un repas mondain Picasso dessina sur la nappe une colombe d’un seul coup de crayon. Sa voisine lui dit : « Ce que vous faîtes est très facile : Un enfant de huit ans pourrait le faire ! ». « Madame, lui répondit Picasso, j’ai mis 60 ans pour arriver à dessiner ainsi. »

8/ Ne vous demandez pas comment conduire le Ki. Ce n’est pas nous qui devons le conduire, mais lui qui doit nous diriger. (Octobre 78)

9/ L’aïkido se comprend avec le corps, il rend notre corps intelligent.

10/ Soyez gai. Maître Ueshiba riait toujours. Un jour dans une grande manifestation quelqu’un demanda à un de ses élèves où se trouvait le Maître, et celui ci répondit : « Ce n’est pas difficile de le trouver : c’est celui qui rit le plus ! »

11/ Ne faîtes jamais tomber le partenaire, il doit tomber de lui même. Faire tomber l’autre est déjà un pas vers la compétition.

12/ « Oninikanabo » Traduction : Le diable est encore plus méchant avec une fourche.

13/ Celui qui dit : « je suis fatigué » n’a rien compris à l’aïkido.

14/ L’aïkido commence quand vous quittez le tatami.

15/ Ne donnez pas tout à vos élèves, gardez-en un peu pour vous. Pour pouvoir les surprendre plus tard.

16/ Aïkido, victoire de l’instant.

17/ Faîtes le vide en vous. Comment est ce possible de blesser le vide ? Celui qui est le vide ne peut pas être détruit.

18/ L’aïkido c’est comme l’eau d’un torrent. L’eau du torrent est pure alors que l’eau de la mare croupit. Ne gardons pas l’énergie en nous, faisons-la circuler.

19/ Le ki ne peut vous pénétrer que si vous êtes vide.

20/ Le ki ne peut être guidé par l’intellect.

21/ La pratique de l’aïkido doit faire disparaître en nous le facteur émotionnel.

22/ Soyez calme. Un homme calme est en pleine possession de ses moyens.

23/ Pour canaliser l’énergie de votre partenaire soyez très souple. Regardez les bateaux sur la mer : ils utilisent la force du vent avec leurs voiles. Remplacez leurs voiles par une planche et ils n’avanceront plus. (Mai 1979).

24/ Nous sommes microcosme, l’univers est macrocosme. La station verticale relie notre centre avec le centre de l’univers. Notre microcosme est en harmonie avec le macrocosme.

25/ Dans la pratique de l’aïkido la médiation du cœur et de l’esprit est très importante. Si le cœur est bon, la technique est souple.

26/ Quand un homme vous insulte, faites un taï sabaki mental. Laissez passer son agressivité.

27/ On est un maître en aïkido quand le facteur émotionnel a disparu.

28/ Le cercle est l’image de l’amitié. Sur un cercle je marche toujours vers l’autre. Sur un carré quand j’arrive dans un angle, si je fais un pas de plus je suis dehors.

29/ Pour un débutant, seulement 5% de philosophie, et 95% de travail corporel.

30/ Les meilleurs en aïkido sont ceux qui ne se battent jamais.

31/ Il faut sentir le mouvement du partenaire et non lui imposer notre force.

32/ L’aïkido nous apprend à être attentifs aux autres.

33/ Oubliez-vous et devenez l’autre. Ainsi vous ne serez jamais vaincu.

34/ Le partenaire nous fait un cadeau très précieux : il nous donne sa force…                   ne refusons pas ce cadeau et sachons l’utiliser.

35/ Mon partenaire et moi formons un total de 10 unités. S’il attaque avec 6, je mets 4, s’il attaque avec 8, je mets 2.

36/ Votre partenaire et vous formez une seule entité. Quand il attaque il est Yang, soyez Yin. Absorbez son énergie. Alors il deviendra Yin et vous Yang.

37/ Notre force ne doit résider ni dans notre tête ni dans nos épaules, mais dans notre hara. Nous devons apprendre à nous centrer. L’homme bien centré vit en paix avec ce qui l’entoure.

38/ Vous êtes le moyeu d’une roue. Les attaques sont les rayons qui tournent autour de vous et ne vous atteignent jamais. Si vous quittez votre centre pour arrêter un rayon vous le briserez peut-être, mais vous serez aussitôt frappé par les suivants.

39/ L’araignée reste au centre de sa toile, immobile, concentrée. Quand la mouche est loin elle ne bouge pas, Dès que la mouche rentre dans sa sphère, elle la happe d’un geste et retourne dans son centre. (1981)

40/ N’ayez pas de désir ; Si vous désirez quelque chose vous êtes prisonnier de ce désir et vous n’êtes pas disponible. Cessez de désirer et agissez.

41/ Il ne faut pas confondre le « Moi » et le « Je ».
Le « Moi » c’est notre personnalité : Personnalité vient du latin « personna » qui signifie « masque ».

Le « Je » c’est notre individualité : Individualité vient du latin « indivis » qui signifie « divin ».

Les personnalités sont toutes différentes et souvent s’opposent. Chacun a sa personnalité, mais derrière ce masque se cache l’individualité, et en tant qu’individus, nous sommes tous semblables. Notre « Moi » (l’ego) est créateur de conflit. Il faut l’oublier et laisser parler notre « Je » qui nous anime en tant qu’individu en harmonie avec l’univers.

42/ Sen veut dire : intention.

Go no sen : Contrer l’intention. On est alors dans le domaine des oppositions, du dualisme ;

Sen no sen: deviner l’intention. On agit au moment où l’action va se concrétiser. Il y a un « moment » à saisir situé entre la pensée abstraite et la réalisation concrète. Ainsi l’adversaire est au sol avant d’avoir eu le temps d’agir.

Quand vous lancez une balle en l’air, juste avant qu’elle ne retombe elle s’immobilise une fraction de seconde. Là on peut la saisir « dans le temps ».

Quand un adversaire est pris dans le temps, il ne peut rien faire. Ce qu’il ressent peut-être comparé à ce que ressent une personne qui descend un escalier auquel il manque une marche.

43/ « Maître, l’aïkido est-il efficace ? » « Disons que si vous en faites vous avez un peu plus de chance d’éviter les coups que si vous n’en faisiez pas… »

44/ Maître Ueshiba portait une ceinture blanche : le blanc est composé de toutes les couleurs.

45/ L’aïkido est la victoire par la paix, et cette victoire est totale car elle ne laisse pas de désir de revanche chez l’autre.

46/ L’attaquant et le défenseur : un seul corps.

47/ Votre pratique de l’aïkido passe par la découverte de plusieurs états : Le débutant est comme un glaçon que l’on fait tourner dans un verre ; Il se heurte au récipient. Chauffez le glaçon, il se transformera en eau et s’adaptera la forme du verre. Chauffez encore, l’eau se transforme en vapeur, la technique a disparu, et l’on atteint le domaine de la spiritualité. La glace, l’eau et la vapeur son trois états d’une seule et même chose, ce qui les transforme c’est la chaleur. La chaleur c’est le travail.

48/ Dans un débat télévisé auquel Maître Nocquet était invité se trouvait une femme experte dans le maniement du nunchaku. Cette femme lui demanda : « À votre avis, Maître qui est plus efficace ? le nunchaku ou l’Aïkido ? ». « Le nunchaku, Madame, bien sûr. » « Comment, vous, un Maître d’Aïkido pouvez vous dire que le nunchaku est plus efficace que l’Aïkido ? » « Permettez-moi à mon tour de vous posez une question, Madame. Quand vous allez faire votre marché le samedi matin, avez vous votre nunchaku avec vous ? » « Non, bien sûr ! » « Dans ce cas, Madame Aïkido est plus fort que nunchaku ».

49/ Pour comprendre Tenchin nage écoutez cette histoire : peu après la tombée de la nuit un homme est resté enfermé dans les petits coins. Il n’y avait pas de lumière ; toute la nuit il a poussé sur la porte pour essayer de l’ouvrir. Au petit matin il était épuisé, c’est alors qu’un rayon de lumière filtra par le vasistas et notre homme s’aperçut qu’il ne fallait pas pousser mais tirer sur la porte pour sortir. Il l’ouvrit d’un doigt et sortit. De même vous vous acharnez à pousser pour réaliser Tenchin nage. Ne poussez pas, absorbez d’abord, la force est à l’intérieur.

50/ Nous sommes tous des amateurs, la vie est trop courte pour devenir un Maître. Il n’y a qu’un Maître : O Senseï Morihei Ueshiba. Celui qui réussit à faire le vide en lui peut se laisser pénétrer par le Maître. Il n’est pas Maître, mais le Maître est en lui.

51/ Combien d’hommes traversent la vie semblables à des mulets chargés de livres… Ce n’est pas le livre qui est important mais les idées contenues dans le livre. Quand un pêcheur va à la pêche, ce qui l’intéresse, ce n’est pas le filet, mais les poissons qui sont dans le filet.

52/ La plupart des gens se couchent le soir avec la tête pleine de soucis, de préoccupations. Quand ils se réveillent, ils sont fatigués. Celui qui sait faire le vide mental n’a besoin que de quelques heures de sommeil.

53/ Maître Ueshiba racontait à ses élèves qu’il avait sur sa table de nuit une petite boîte vide. Le soir en se couchant il mettait ses soucis dans la boîte, en se disant qu’il les reprendrait le lendemain matin. Et le lendemain, quand il ouvrait la boîte, elle était vide…

54/ Maître Ueshiba quand il portait le sabre au coté aimait tenir le fourreau en laissant le pouce sur la tsuba, signifiant ainsi qu’il gardait la force en lui, ne dégainant pas à tout bout de champ pour des choses futiles. (1982)

55/ Dans les villages autrefois il y avait trois personnages importants : l’instituteur, le curé et le maire. De même, dans un être équilibré on retrouve un équilibre entre trois entités : la tête, (l’instituteur), le cœur (le curé), et le corps (le maire).

56/ Ne corrigez pas vos élèves sur un tatami. Si vous montrez à une personne comment placer son pied, il va le faire trois fois, et puis le temps que vous fassiez le tour du tatami, quand vous revenez près de lui, il est reparti dans son erreur. Laissez le mouvement mûrir en lui. Quand il sera prêt, il sortira naturellement.