Infini

Dans la réflexion de cette semaine je n’ai que des questions à poser. Je n’entends pas  donner la moindre réponse. Je n’aurai pas cette prétention. Chacun donnera sa réponse en fonction de ses convictions propres.

Je pense que dans notre perception des choses, nous sommes gênés si nous raisonnons comme si nous évoluions dans un univers fini. Notre corps est limité à la fois dans l’espace et dans le temps : on fait une certaine taille, on pèse un certain poids, on naît, puis on meurt, tout cela est du domaine du fini. Ce qui nous incite à raisonner en termes de fini.

Et pourtant les mots « début et fin »nous limitent, naissance et mort également s’ils sont pris dans cette acceptation. Les scientifiques qui ont toujours affirmé que le big-bang était le début de l’univers commencent à découvrir qu’il y avait un « avant big-bang ». Tout dans la nature est cyclique. Après un jour un autre arrive, après une année une autre. La terre ne fait pas qu’un tour autour du soleil, après une inspiration vient une expiration. Mon intellect ne sait pas répondre, mais au fond de moi, quand j’observe les cycles de la nature, une sensation me dit qu’il est curieux qu’il n’y ait qu’une naissance, qu’il n’y ait qu’un big-bang.

L’expansion de l’univers après le big-bang et sa compression ne peuvent-ils pas être perçus comme une inspiration et une expiration ? Et dans notre vie la jeunesse et la vieillesse ne peuvent-elle pas l’être aussi ? Le fait qu’il y ait un seul cycle me semble en contradiction avec le fonctionnement de « la grande horloge ».

Cette sensation que l’infini est partout nous pouvons la découvrir au fil des années dans notre pratique de l’aïkido. Nous découvrons que ce que nous avons à apprendre, à découvrir, n’a pas de limite, et l’aïkido nous apparaît alors comme une porte ouverte sur l’infini. Les possibilités qui sont en nous sont infinies, l’amour qui peut entrer en notre cœur est infini, de même que celui que l’on peut donner. Je lisais récemment un ouvrage dans lequel l’auteur affirmait qu’en chacune de nos cellules était inscrit l’histoire entière du cosmos, depuis la nuit des temps. Le plus petit événement survenu dans le moindre coin de l’univers… cela laisse rêveur…

Une question survient alors, comment dans une cellule, être limité s’il en est, peut-on faire entrer l’histoire du cosmos ? Comment faire tenir l’infini dans le fini ? Comment faire entrer Dieu dans l’Homme ? Si vous ouvrez votre cœur, la réponse vous apparaîtra, de manière évidente, intuitivement. Toutefois, si vous désirez une approche plus intellectuelle, je vous donne rendez-vous la semaine prochaine.