Le Château Nocquet

La France est réputée pour la qualité et la diversité de ses vins. Et ce qui fait justement la richesse de son patrimoine, c’est la diversité de ses crus. Un Château Laffitte ou un  Gewurztraminer ont chacun leur saveur, leur particularité, et il ne viendrait à personne l’idée de mélanger dans un même verre ces deux excellents vins. Dans chaque région les viticulteurs conservent avec amour le savoir qui leur a été transmis pour perpétuer la lignée de leurs crus.

Il en est de même pour l’aïkido en France. Nous avons la chance d’avoir de nombreux courants différents. Ce qui fait la richesse de l’aïkido français, comme pour le vin, c’est sa diversité. Une erreur serait de tout vouloir mélanger en prétendant obtenir un meilleur résultat. Il est important que chaque école garde sa spécificité. Une autre erreur serait de dire que tel cru est meilleur que tel autre. Non, cela est une affaire de goût et dépend de chacun.

Je connais une petite ville de l’ouest parisien où l’on cultive un aïkido d’appellation contrôlée. On y récolte, ainsi que dans quelques autres lieux, du « Château Nocquet ». Et le maître de chais reste vigilant à ce que son vin reste pur. Il y a peut-être des endroits où l’on peut apporter son boire et son manger. Ce n’est pas le cas ici. On veille à y préserver un héritage qu’on ne veut pas voir disparaître. Il n’y a pas tant d’endroits où vous pouvez déguster ce bon vin. J’ai quelques adresses en France, mais aussi en Angleterre et en Allemagne.

C’est bien évidemment une bonne chose d’aller goûter les différents crus qui existent sur le territoire et je ne saurais que trop le conseiller à mes élèves. Mais déguster n’est pas vendanger. En stage vous dégustez, mais dans votre club vous vendangez et contribuez à perpétuer la tradition de votre terroir.