Les deux lions et la fraise

L’histoire suivante est une des préférées de mon ami Senseï Emmerson.

Au plus profond de la forêt africaine un explorateur tombe un jour nez à nez avec deux lions. Pris de panique, il lâche son fusil, son sac, et s’enfuit de toutes ses jambes Les lions, qui n’ont pas mangé depuis plusieurs jours, se ruent à sa poursuite. La distance fond, plus que quelques mètres, et il sera dans leurs gueules… par chance, à la dernière seconde il arrive à grimper dans un arbre… Juste au moment où il se remet de ses émotions, il aperçoit un python qui glisse doucement vers lui sur une branche voisine… horreur ! La mort le poursuit ! Il saisit une liane, et tel Tarzan s’envole dans l’arbre voisin où il tombe droit dans le nid d’un ours polaire. Heureusement celui-ci est encore endormi et il a le temps de se sauver… il redescend doucement sur terre, les lions ne l’ont pas vu…doucement il s’éloigne, mais trébuche sur une branche… c’était un crocodile qui faisait la sieste. Réveillé, celui-ci ouvre une gueule béante pour happer sa proie qui arrive de justesse à esquiver. Mais le bruit attire l’attention des lions qui se relancent à sa poursuite. Le pauvre explorateur est dans tous ses états, à bout de souffle, le cœur à 180 pulsations par minute, ses jambes tremblent, mais il trouve encore l’énergie de courir. Le voilà qui arrive au bord d’une falaise à pic. Emporté par son élan et sa peur, talonné par les lions, il ne peut freiner sa course et tombe dans le vide… 100 mètres de chute… il ne peut plus échapper à la mort… mais dans sa chute, il arrive à attraper la branche d’un arbuste qui pousse dans une anfractuosité de la roche. 10 secondes de répit… Il reprend son souffle… regarde en haut… Les deux lions le regardent en se léchant les babines… Soudain il sent les racines de l’arbuste qui cèdent… il regarde en haut… plus qu’un lion… c’est toujours mieux que deux… il regarde en bas pour voir s’il aurait une chance de survie en cas de chute, et il aperçoit alors le deuxième lion qui est descendu et dresse vers lui sa mâchoire grande ouverte… La branche cède encore un peu, elle n’est plus maintenue que par une minuscule racine. C’est alors que son attention est attirée par une fraise qui pousse dans la roche à 20 cm de son bras. Elle est belle, appétissante, d’un rouge éclatant. Cette fraise le fascine. Alors tout doucement il tend le bras vers elle, avec une infinie lenteur, il l’attrape, et avec délicatesse la porte à sa bouche. Il ferme les yeux et tout son être est envahi par le parfum subtil de ce fruit. C’est alors qu’il oublie tout, la falaise, les lions, la branche qui rompt…

…et d’un seul coup le temps s’arrête.