Rester centré dans le temps

Être centré dans son corps et dans son esprit sont deux aspects fondamentaux du centrage. Mais il reste un troisième volet sans lequel les deux premiers perdent de leur valeur. C’est d’être centré par rapport au temps. Et ce centrage doit être abordé sous deux aspects.

Le premier est le fameux « ici et maintenant ». Ne se projeter ni dans le futur ni dans le passé pour vivre pleinement le moment présent. Être engagé et concentré totalement sur l’action présente. Ne pas vivre des regrets éternels, qui nous empêchent de voir la réalité ou les opportunités du moment. Ne pas non plus rêver de projets lointains que l’on n’aura jamais le temps ni le courage de réaliser. Vivre dans le passé ou le futur nous ampute de potentialités que nous pourrions engager dans l’instant présent. Donc nous rend moins efficaces.

Le deuxième relève encore de l’ « ici et maintenant », mais dans ce que j’appellerais le « présent proche ». On aborde là un thème que l’on pourrait désigner par l’expression «  être dans le temps ». Si l’on se place sur le plan de l’aïkido technique, il y a un « moment » pour placer la technique. Une seconde avant c’est trop tôt, une seconde après c’est trop tard. Quand vous lancez une balle en l’air avant de retomber elle s’arrête pendant une fraction de seconde.

Pendant cette fraction de seconde le temps semble s’arrêter. C’est là « le moment ». De même, dans notre vie de tous les jours, il nous faut apprendre à agir en trouvant ce « moment ». Il faut être attentif, être là, et non pas dans ce qui va advenir dans les secondes ou les minutes qui viennent. Être en retard, ne serait-ce que de quelques secondes ou de quelques minutes nous conduit à agir dans la précipitation, ce qui en général n’a pas de bonnes conséquences. Si nous trouvons le moment, notre action est aisée, juste et ne génère en nous ni tension ni stress.

Être « dans le temps », c’est aussi se donner le temps nécessaire de faire ce que nous faisons. Être à l’heure dans nos diverses activités et rendez-vous procède également de cette notion de centrage dans le temps, et bien évidemment, du respect des autres.

Au début de ce troisième millénaire, où le temps a une fâcheuse tendance à s’emballer, où nous sommes de plus en plus sollicités de toute part, être centré dans le temps est donc une chose qui est loin d’être acquise, et nous oblige à une constante vigilance.